Maroc

Mon voyage au Maroc

Maroc, encore une voyage exotique dans mon actif 🙂 Comme d’habitude, avec Chamäleon-Reisen 🙂

Partie de Francfort, on est arrivés très tard dans la soirée à Casablanca, après le trajet dans la ville et toutes les formalités à l’hôtel, j’ai retrouvé mon lit vers 3 heures de nuit …

Le lendemain a commencé par la Mosquée Hassan II, la plus grande mosquée du Maroc – le bâtiment a la capacité d’abriter 25 mille fidèles. Sans passer trop de temps, ensuite on s’est déplacés pour Rabat – la plus jeune ville royale (il y en a quatre en total) classée au patrimoine mondial – on a visité le Mausolée de Mohammed V, ensuite on a fait un tour de la vieille ville.

Le jour après, on était allés voir le point de jonction entre l’Europe et l’Afrique – pendant des siècles, il était contrôlé par les romains, les arabes, les portugais, les espagnols, les britanniques, et encore les français. Ensuite, notre programme prévoyait la descente à la grotte d’Hercule, et le tour de Tanger.

Chefchaouen – la ville médiévale marocaine, un endroit de rêve pour tout touriste ! Avant de jouir de renommée de la ville la plus bleue du monde, pendant de nombreux siècles les arabes considéraient Chefchaouen comme ville sacrée – il était interdit aux étrangers d’y entrer sous peine de mort.

Volubilis … Habitée par plus que 40 mille personnes, encore aujourd’hui ces ruines donnent un excellent exemple de son ampleur d’autrefois, et les magnifiques mosaïques témoignent d’un haut niveau de culture – malgré le fait que la ville était “pillée” : beaucoup de pierres en ont été enlevées afin d’ériger Meknès.

Fès – endroit cosmique …. La plus ancienne des villes impériales. La tannerie, de différentes mains-d’œuvre, la promenade à travers des ruelles médiévales …. le point le plus fort de ce voyage…

Les montagnes d’Atlas – de vastes forêts de cèdres, et les sommets encore enneigés en mi-février.

D’Ait Benhaddou – c’est là où on a tourné le “Gladiateur”, je ne le savais pas 🙂

Tamegroute – un village célèbre par son école coranique. Malheureusement, on n’a pas pu accéder à la bibliothèque abritant les anciens faisceaux, mais en revanche le tour du village était frappant par …. la pauvreté absolue de ses habitants …

Sahara. S’étendant jusqu’au bord des montagnes de l’Atlas, c’est un désert de pierre et de roche – je ne le savais pas, dans mon imagination, un désert, ça devait forcément être avec du sable 🙂 Le camp désertique, et les dunes – c’est là où se souvient tout de suite du fameux parfum de Dior 🙂 La randonnée sur les chameaux, et les souliers pleins de sable 🙂 Et la route de 4 heures en jeep tout-terrain le lendemain, pour en sortir …. après ce trajet, on ne voulait plus rien au final …

Avait-on jamais vu le chapeau de Napoléon en tant qu’un bloc de granit ? Au sud du Maroc, certainement 🙂 Et les jardins d’amandiers ? Aussi – florissants, en février 🙂 Et les agraniers pleins de chèvres ? Quoi de plus facile – dès fois, elles y sont même attachées !!!

L’huile d’argan – ma grande découverte ! Au retour, j’ai essayé de trouver cette huile au parfum de noix, mais en vain – ms à part le prix très élevé, les produits proposés en Europe ne sont de loin pas comparables à ceux que j’ai achetés au Maroc …

Le premier arrêt de deux heures à côte atlantique, c’était Taghazout – un fabuleux village de pêcheurs qui a su conserver son charme malgré des foules de touristes !

Essaouira – un drôle de mélange entre le style arabe médiéval et le flair hippie aux abords de l’Atlantique, avec des milliers de mouettes attendant l’arrivée des bateaux de pêche pour se restaurer d’un poisson frais – une scène sans comparable ! …

Le final de notre parcours – Marrakech – ne m’a pas du tout plu … le fameux jardin Majorelle, l’ancienne résidence d’’Yves Saint-Laurent – a en fait plus de renommée que de choses du vrai intérêt, le palais Bahia était OK (ou j’étais déjà tout simplement fatiguée de tant de nouvelles impressions), le grand souk – beaucoup trop grand pour être agréable ….

Je ne sais pas, mais j’étais trps contente de rentrer, après ce voyage, même si mes impressions photographiques ne le laissent pas démontrer 🙂