Équateur

Voyage spontané en Équateur

Avez-vous déjà voyagé spontanément ? Avez-vous déjà choisi votre voyage au hasard, en ouvrant par chance une page d’un catalogue ?

Alors, moi – oui 🙂 mon escapade en Équateur était bien spontanée – pas que je sois complètement soudainement allée en Amérique Latine, non, mais en feuilletais à travers d’un catalogue avec plein d’options, mon choix est tombé sur cette destination de façon inattendue.

Après avoir parcouru le programme du voyage et quelques photos exposées, ma décision était ferme – je veux le voir de mes propres yeux ! Et tout le reste, j’ai appris directement sur place : la monnaie officielle du pays est le dollar américain, la structure traditionnelle de l’année calendaire en quatre saisons ne s’y applique pas, et le cochon d’Inde grillé (un vrai délice pour les indigènes) n’est pas du tout mangeable … 🙂

Voici donc mes quelques souvenirs de ce voyage :

Le départ, tôt le matin, de Francfort à Quito, avec une petite escale dans le nouvel aéroport de Mardid. Un éternel survol de l’Atlantique, à la lumière du jour dans mon hublot et les échos des conversations en espagnol partout à mes côtés … Il faut en tenir copte aussi 🙂 La rencontre du guide à la sortie de l’aéroport, et du reste de notre petit groupe (nous étions à 4 personnes en total), le transfert à l’élégant hôtel Café Cultura, devenu au fil des années un centre culturel français.

Ensuite, le départ au centre du pays et une courte randonnée surplombant le cratère du volcan Pasochoa jusqu’à l’hacienda La Alegria, le lieu d’élevage traditionnel des chevaux de race – on a bien sûr regardé la course des chevaux présentée par les employés, habillés en de longs ponchos colorés – cela donne une image particulière aux touristes européens 🙂 Arrivée à l’hacienda La Cienegas – un super bel ancien bâtiment de plus de 400 ans, où même Alexandre von Humboldt en personne résidait il y a deux cents ans 🙂

Le lendemain, le monde change, brusquement – et ceci est grâce à Saquisili, le marché authentique hebdomadaire, très peu visité par les touristes au début 2012. Le dimanche, habillés dans les costumes traditionnels, les amérindiens descendaient des montagnes sur ce marché pour vendre en échanger les produits locaux – cochons d’inde, porcs, lamas, alpagas, tapis de roseaux, aliments, céramiques …. Ensuite, le trajet à Tigua, une petite localité d’où on a descendu vers le lac à l’eau turquoise du Cratère de Quilotoa. Et je me souviens encore très bien du concert de ce soir-là donnée par des guitaristes locaux lors de notre repas au retour 🙂

Puis, la visite du parc national de Cotopaxi – on a faite une longue marche autour d’un lagon du plateau afin de voir une gigantesque crique volcanique du Cotopaxi, un des volcans les plus actifs au monde – hélas, on ne l’a pas vue à cause du brouillard …. il me faudra y retourner alors ! 🙂 À vrai dire, je n’ai pas du tout ressenti l’importance d’inclure à tout coup le trajet en train pour Chimbacalle – pour moi, il n’y avait rien de tellement impressionnant, de ce qu’on voyait par la fenêtre du train, en revanche, il balançait tellement que j’ai commencé à me sentir mal à l’intérieur de ce maudit train … 🙂

Otavalo m’a beaucoup plu ! C’était une petite aventure dans l’agitation colorée du marché indigène, avec beaucoup de produit d’artisanat indigène, surtout les tissages. C’est là il me semble qu’on nous a proposé de goûter une délicieuses spécialités locale – un cochon d’inde rôti, et on a accepté cette proposition 🙂 en vain, le goût de la viande est dégueulasse !!!! elle est tellement douce, tendre et presque sucrée à la fois, je n’ai pas prendre plus qu’un morceau dans la bouche … Mais c’était quand même une belle expérience 🙂

Quito. Promenade à travers de la vieille ville, sur des ruelles étroites, les plus anciennes et on dit, les plus belles d’Amérique 🙂 La messe dans une église catholique locale renommée par ces parures d’or où nous n’avons pas pu entrer – l’endroit était pour les prières des gens locaux, l’accès a été interdit aux touristes.

Le complexe thermal Papallacta situé haut dans les Andes – un spa de luxe, selon les normes locales, offrant de très belles piscines thermales 🙂

Rio Napo. Trajet en canoë et visite de la station animalière où on a pu observer des singes, les tapirs, les toucans et les aras déplacés dans une zone de protection de la forêt tropicale. Et la soirée autour du feu dans notre camp 🙂

Exploration de la forêt tropicale, de ses énormes arbres recouverts de la mousse, des nombreuses orchidées, des colibris, des papillons. Les chemins pour les cascades sont bien escarpés !… Passage au village indigène, et plein de petits écoliers souriants – les gens étaient sympas envers nous, partout lors de notre parcours, en général 🙂

Une longue distance vers le volcan Chimborazo, la plus haute montagne de l’Équateur. Les lamas et les alpacas sur des sinueuses routes montagnardes. Ingapirca, le temple du soleil construit par l’entassement des blocs sans joints, les ruines les plus importantes et les mieux entretenues de tout l’Équateur.

Cuenca, la belle ville coloniale, avec ses innombrables églises et cathédrales, ses brèches et ses nombreuses rues étroites, avec des anciennes maisons et des maisons bien rénovées – et c’est là où j’ai trouvé un très bon cadeau pour ma fille, un hamac de couleur fuchsia ! Les ateliers de céramiques, des bijoux d’or et d’argent, et …. des chapeaux Panama ! En fait, on l’importait de l’Équateur pour les besoins des ouvriers qui était en train de bâtir le canal de Panama – d’où est resté le nom 🙂

C’est drôle que pour apprendre cela, il faut aller loin, jusqu’à l’Équateur des fois, n’est-ce pas ? 🙂

Et vous, aimeriez-vous visiter l’Équateur? Faire un circuit à travers le pays dans un cadre d’un voyage individuel, établi en fonction de vos préférences individuelles ? Être accompagné par un guide privé ?

Alors, essayez de contacter José (EN, DE; ES): joritours@hotmail.com

Je vous souhaite bonne chance 🙂