De combien de focales a besoin un photographe ?

Généralement, de cinq ou six, mais il y en a qui se passent d’une seule – chaque photographe a ses propres besoins, et donc il est impossible de vous recommander un tel ou tel objectif sans les connaître.

On utilise des focales interchangeables afin de pouvoir capturer les photos dans de différentes conditions, mais le fait que l’on a un seul objectif standard n’est pas en soi un obstacle insurmontable pour pratiquer la photographie – la disponibilité des focales interchangeables élargit l’éventail de situations dans lesquelles on peut travailler.

La possession d’un nombre élevé d’objectifs ne rend pas un photographe plus talentueux – mais souvent un bon photographe a besoin de focales spécifiques pour réaliser ces idées créatives.

Il est possible que la fonctionnalité de la lentille achetée avec votre appareil photo va pleinement vous satisfaire, mais si vous commencer à ressentir ces limites imposées, prenez un peu de temps pour faire un bon choix de l’optique supplémentaire.

Je vais considérer en détail les principaux types de focales, puis on va voir comment composer un universel arsenal photographique de la diversité des modèles existants.

Si quelqu’un des lecteurs n’a pas le temps ou de patience pour lire tous ces les détails fastidieux, on peut accéder immédiatement les recommandations pratiques.

(Mes arguments sur le choix de lentilles sont valables pour tous les systèmes photographiques aux objectifs interchangeables indépendamment de leur format).

Je conseille de prendre un ordinaire objectif “kit” à toute personne qui achète un bon appareil photo, pour la première fois – les caméras réflexes les plus simples sont souvent vendus uniquement avec de tels objectifs.

L’objectif “kit” standard a une plage de focales de 18-55 mm, les ouvertures variables f/3,5-5,6 et est équipé d’un stabilisateur d’image optique.

Malgré sa qualité relativement faible, l’objectif “kit” dispose de trois trois avantages importants :

– un prix bas – d’habitude, c’est l’objectif le moins cher ; fourni avec l’appareil photo, vous l’obtenez presque gratuitement.

– la qualité de l’optique – bien sûr, elle est inférieure à celle dont disposent de nombreuses focales coûteux (surtout les objectifs fixes) en termes de la netteté et de la beauté du bokeh, mais cette différence n’est pas aussi dramatique qu’on pourrait le penser. L’image offerte par la lentille “kit” est largement suffisante pour les besoins de la plupart amateurs – généralement, la netteté de l’image est beaucoup plus limitée par les compétences photographiques, que par l’imperfection de l’optique.

– la polyvalence – la lentille “kit” dispose de la plage des distances focales les plus utiles pour les débutants, du grand-angle au télé modéré, permettant ainsi de photographier de nombreux sujets. En outre, l’objectif “kit” dispose d’une petite distance minimale de la mise au point qui est adapté pour la réalisation des photos macro. La présence du stabilisateur d’image facilite le processus de la prise des photos et permet de compenser la faible luminosité.

Bref, l’objectif “kit” offre aux novices la possibilité de “former le goût envers la photographie” sans pour autant encourir de grosses dépenses.

En règle générale, cette expérience révèle de vrais besoins photographiques et permet d’effectuer un choix de lentilles supplémentaire plus équilibré et conscient – on comprendra dans quelles spécifiques situations la focale “kit” ne sera suffisante et sera en mesure de formuler ces propres exigences en ce qui concerne l’acquisition des lentilles supplémentaires.

Pour les enthousiastes ayant dépassé le niveau de l’objectif “kit”, il existe deux possibilités :

– soit, de sacrifier l’universalité de son premier objectif en faveur de la spécialisation et donc distribuer les responsabilités entre plusieurs spécifiques lentilles irremplaçables dans son champ d’application ;

– soit, cultiver l’universalité et acquérir l’objectif super zoom – une telle démarche serait justifiée si la revendication principale envers l’objectif “kit” porte sur la gamme étroite de longueurs focales, tandis que les valeurs de netteté et // ou d’ouverture ne sont pas critiques. En plus, il n’y aura pas besoin de changer d’objectif, ce qui rend les focales super zoom d’autant plus attractifs.

Les deux approches tiennent la route – si vous appréciez le confort et êtes prêt à accepter des compromis techniques, inévitables au niveau de la conception des focales super zoom, personne ne pourra vous blâmer. Si vous recherchez une excellente qualité d’image et la flexibilité fonctionnelle du système, alors vous ne pourrez pas vous passer de lentilles interchangeables. Enfin, il est possible de combiner les deux façons en utilisant des focales spéciales pour des séances exigeantes, et le super zoom pour l’usage au quotidien.

L’objectif zoom standard

Cette spécification signifie l’objectif zoom avec une gamme de focales dans la plage de 28 à 70 mm. Il existe aussi des coûteux modèles professionnels caractérisés par une élevée résistance mécanique et une ouverture constante de f/2,8.

L’objectif zoom standard est très utile comme seul objectif utilisé, mais il s’avère souvent inutile lorsque l’on utilise dans le système. Si – en travaillant avec un objectif “kit” – la plupart de vos images se font, soit, dans le grand-angle extrême, soit dans l’extrême position télé, les deux focales séparées vous seront nécessaires ; l’objectif zoom standard ne vous servira à rien.

L’écart entre la longueur focale maximum de l’objectif grand-angle et la longueur focale minimum de l’objectif télé n’est pas si importante qu’il soit nécessaire d’acquérir un objectif zoom supplémentaire que vous utiliserez uniquement occasionnellement.

L’objectif standard à l’ouverture fixe

L’objectif standard a une longueur focale équivalent à 50 mm. Les modèles les plus simples ont une luminosité de f/1,8, ceux qui sont plus chers f/1,4, de certains modèles peuvent atteindre la valeur f/1,2.

Avant la popularisation des objectifs zoom dans les années 90 du dernier siècle, les objectif standard à l’ouverture fixe formaient la classe la plus répandu des lentilles utilisées, et la plupart des caméras en ont été équipées par défaut.

L’objectif standard lumineux est, à mon avis, une bonne alternative à l’objectif zoom de milieu de gamme – même les modèles les plus budgétaires disposent d’une plus grande luminosité, tout en étant beaucoup plus léger, nettement moins cher et prévalant d’une excellente netteté et beau bokeh.

L’objectif à grand angle

Si, à votre avis, la longueur focale minimale de votre objectif “kit” ne fournit pas l’angle de vision suffisamment large, ou si vous n’êtes pas entièrement satisfait de la netteté de l’image, tout en appréciant les photos réalisées à l’aide des focales à grand angle, alors il est très probablement que vous deviez investir en un objectif grand-angle distinct.

Aussi dans ce cas, je vous recommanderais de privilégier l’objectif à une focale fixe – il faut comprendre que les objectifs zooms grand-angle sont les plus complexes structurellement, les plus coûteux, mais la qualité de l’image est souvent médiocre.

En outre, les zooms grand-angle ont une multiplicité relativement faible, et donc leur avantage par rapport à la plage de focales fixes n’est pas si important – il n’est pas difficile de développer une habitude de changer de composition en marchant un peu plutôt qu’utiliser le zoom.

L’objectif télé

Comme objectif télé de base, un zoom est souhaitable par rapport à une focale fixe – effectivement, même les modèles pas chers livrent une assez bonne qualité d’image, et en plus on a la tendance de l’utiliser lorsqu’on n’a pas la possibilité de s’approcher de l’objet.

Pour la prise de vue de reportage, il doit avoir une longueur focale maximale équivalente de 200 mm.

Les objectifs à une grande ouverture (f/2,8) sont chers – ils ne sont nécessaire que si vous avez besoin de capturer les photos dans des conditions de l’éclairage faible – en règle générale, l’ouverture f/4 (ou même une ouverture inférieure) suffit pour la plupart des photographes.

Testez également la vitesse de la mise au point automatique – une caractéristique très essentielle pour photographier les objets en mouvement.

La présence d’un stabilisateur d’image est également un facteur critique – sauf si, bien évidement, il n’est déjà pas intégré dans le système de l’appareil photo.

L’objectif portrait

Il ne faut pas penser qu’un objectif spécial soit forcément indispensable pour réaliser des photos portraits – les portraits peuvent être réalisés avec toute focale.

Toutefois, les personnes expérimentées préfèrent souvent la focale de 85 mm à l’ouverture d’au moins f/2 pour capturer les portraits classiques disposant d’un arrière-plan flou et sans aucune distorsion de perspective.

Cependant, tout objectif télé permet d’obtenir un fond flou – et donc, aussi longtemps que vous en avez un, il n’y a pas de sens d’en acheter un autre sauf si vous misez à faire l’accent sur la réalisation des portraits.

L’objectif macro

Pour les prises de vue macro, celui à l’échelle 1:1 sera indispensable ; en plus, il est souhaitable qu’il ait une longueur focale d’au moins 100 mm (sinon il sera difficile de se rapprocher de l’objet).

Les objectifs macro courts (dont la longueur focale maximum est d’environ 50-60 mm) peuvent être considérés comme les standards capables d’effectuer la mise au point d’une relativement courte distance, mais ils sont peu adéquats pour la réalisation des photos macro d’un bon niveau.

Le super-téléobjectif

Les objectifs à une focale fixe de 300 mm (et plus) sont très chers et pèsent lourd – la plupart des photographes n’en ont pas un réel besoin.

Ce sont des outils professionnels, et ceux qui comptent à les utiliser régulièrement savent quoi faire avec.

Si vous n’en avez besoin qu’occasionnellement, il serait raisonnable de les prêter moyennant les services de location, au lieu de dépenser une vraie fortune pour leur acquisition.

Les objectifs exotiques

De tels modèls comme fisheye, tilt-shift et lens-baby ont un champs d’application trop étroit – on ne peut donc pas les recommander aux débutants en photo – d’habitude, après avoir acheter un tel objectif, le photographe concerné l’utilise avec plein d’enthousiasme pendant une semaine, et puis il perd intérêt et retourne aux focales traditionnelles.

Par cela, je ne veux pas dire que ils sont complètement inutiles – au contraire, ils sont parfois absolument irremplaçables. Tout simplement, à l’heure actuelle on vise la façon à résoudre au maximum des tâches photographiques avec un minimum du matériel, tandis que l’optique trop spécialisé ne répond pas pleinement à ces exigences.

Quelques recommandations

Alors, de combien d’objectifs a-t-on réellement besoin ? Je crois que de très nombreux photographes pourraient se limiter à cinq ou six focales comme suit :

– Le standard à la focale fixe (par exemple, 50 mm f/1,4);

– Le grand-angle fixe (24 mm, f/2,8);

– Le télé (à la distance focale maximum de 200mm ou 300 mm);

– Le portrait (à la distance focale de 70mm ou 90 mm, f /1,8);

– Le macro (à la distance focale de 100 mm).

De certaines personnes vont estimer nécessaire de compléter cette liste conformément à leurs propres préférences, de certains objectifs peuvent s’avérer superflus – eh bien, j’essaie juste de définir un certain point de départ à partir duquel on sera en mesure de prendre des photos de n’importe quel sujet. En tout cas, il est clair que cette liste n’est guère exhaustive et doit rester personnalisable à tout moment de l’activité photographique.

Les photographes ayant une spécialisation étroite peuvent utiliser avec succès un nombre moins élevé de focales – par exemple, si quelqu’un s’intéresse aux photos des fleurs, l’objectif macro sera attaché à son appareil photo presque tout le temps.

En complément, on peut avoir un zoom polyvalent d’autres sujets et se sentir à l’aise avec ces deux objectifs dans la plupart des situations photographiques sans avoir un vrai besoin d’investir une fortune dans une gamme de focales plus large.

Malheureusement, pas tous les systèmes photographiques offrent toutes les classes d’objectifs mentionnées ci-dessus, et donc probablement dans de certains cas on devra être prêt à chercher et trouver des compromis moins universels. Mais de toute façon, de nos jours, il est possible de former une collection plus ou moins équilibrée dans le cadre de n’importe quel système populaire.

En plus, n’oubliez pas que la présence d’un nombre important d’objectifs dans votre placard ne vous oblige aucunement de les prendre tous avec à chaque escapade – trois modèles vont largement suffire dans la plupart des situations, et certainement il ne faut jamais en prendre plus que cinq (sinon, vous serez constamment tenté de changer d’objectifs, et la chance d’en avoir un bon dans un bon moment sera fortement réduite), tandis qu’un petit nombre habitue à la discipline et apprend à penser de façon plus créative 🙂

This entry was posted in appareils photo, Conseils photo, Objectifs and tagged , , .

Post a Comment

Your email is never published nor shared. Required fields are marked *

*
*